, écrit par dans la catégorie Critiques d'expos.

Je serai brève.

Lorsque l’on est amateur de photographie, de la même manière que l’on va au Salon de la Photo pour découvrir les dernières innovations techniques, on a tout à gagner à aller faire un tour à Paris Photo pour découvrir les dernières tendances en matière d’images.

Alors, OUI il y a beaucoup de choses à voir, OUI on ne comprend pas tout, et encore OUI ce qui est présenté n’est pas représentatif de la création photographique contemporaine mais uniquement des choix commerciaux faits par les galeries qui exposent, mais surtout OUI il faut y aller quand même.

Pour ceux qui auront envie de tenter l’expérience ce week-end, voici les stands que je vous conseille de visiter en premier :

1. La galerie pékinoise Three Shadows + 3 (Emplacement D32). En particulier : les très beaux tirages argentiques couleur de Ren Hang, et le projet Tsumari Project du couple d’artistes RongRong&inri.

IMG-20141114-06096-ok

Tsumari Project, RongRong@inri

IMG-20141114-06097-ok

Ren Hang

2. Dans la même allée, la galerie Vu’ (Emplacement D48). Presque tout y est intéressant, mais j’ai particulièrement apprécié le travail de Laurence Leblanc, de Dan Estabrook, d’Alexia Monduit, de et quelques petits tirages par ci, par là, de toute beauté (Anders Petersen, Jeffrey Silverthorne, Christer Stromholm).

IMG-20141114-06059-ok

Ensemble 1, de la série D’Argile (2013) Laurence Leblanc

IMG-20141114-06064-ok

De la série Into my Song, Alexia Monduit

IMG-20141114-06073-ok

Sans titre, Jeffrey Silverthorne

IMG-20141114-06075-ok

Anders Petersen, Winterthur

IMG-20141114-06066-ok

Dan Estabrook, Bleed.

IMG-20141114-06068-ok

Christer Stromholm, Suisse.

 

3. Dans la même aile du Grand Palais, la Galerie Paci Contemporary qui expose le travail de Leslie Krims (Emplacement C41). Le travail de Les Krims est à découvrir : subversif dans les années 70, il est bon de le revoir aujourd’hui, alors que l’époque est à la pudibonderie et à la censure des images.

IMG-20141114-06121-krims

Leslie Krims, The static electric effet of Minnie Mouse on Micky Mouse balloons.

 

4. Dans l’îlot central (emplacement C23), la galerie Kicken Berlin vaut le détour, notamment pour le très beau travail de Helmar Lerski, présenté dans la pièce du fond.

IMG-20141114-06148-lerski

Arabs and Jews (ca 1931-1935) Helmar Lerski.

 

5. Avant de quitter l’îlot central, je vous invite à changer d’air à la galerie New Yorkaise Bruce Silverstein (emplacement D30). La galerie n’expose certes pas de la photo « pure et dure », et les oeuvres sont à la limite de la peinture et de la sculpture. J’ai apprécié le travail de Brea Souders et Keith Smith.

_MG_8737-NY

Vue de la galerie Bruce Silverstein à Paris Photo.

_MG_8738-NY

Brea Souders, Sunburn in Naples.

_MG_8741-NY

Keith Smith, Untitled self-portrait, sérigraphie sur satin de robe de mariée.

 

6. Passons maintenant à l’autre aile du Grand Palais, avec le travail de Robert Longo exposé par la galerie In Camera (emplacement A19). La série ci-dessous, dont une photographie illustre l’affiche de Paris Photo cette année, est à la fois surprenante et très belle. Un artiste qui a fait bien des émules depuis…

_MG_8696-longo

 

7. Dans la même allée, enplacement A10, je vous recommande de passer un certain temps à la galerie Hackelbury. A découvrir, les photogrammes rephotographiés de William Klein, les photogrammes couleur abstraits sur papier cibachrome de Gary Fabian Miller, et les étranges compositions picturales de Doug et Mike Starn. N’hésitez pas à demander des explications sur le processus de création de ces images, les exposants sont très sypmathiques et répondent volontiers aux questions des néophytes.

_MG_8703HB

A gauche, Gary Fabian Miller, the colour of time ; à droite Doug & Mike Starn, Structure of thought.

_MG_8700-HB

Gary Fabian Miller, the colour of time.

_MG_8706-klein

William Klein, Black and light

 

8. Dans l’allée parallèle, on trouve la Galerie des Filles du Calvaire (emplacement B10). J’ai été particulièrement intéressée par un ensemble de portraits d’Antoine d’Agata, Angkor, et par série en noir et blanc de Karen Knorr, assez ironique.

_MG_8716-cal

Série Belgravia, Karen Knorr

_MG_8715-cal

Série Belgravia, Karen Knorr

_MG_8713-cal

Angkor, Antoine d’Agata

 

9. Un peu plus loin, je conseille de passer faire un tour à la galerie parisienne RX (emplacement D3). C’est l’occasion d’apprécier quelques grands tirages de Denis Darzacq, de la série Recomposition.

_MG_8726RX

Recomposition, Denis Darzacq 2009.

 

10. Pour terminer la visite, je vous recommande les expositions qui se situent à l’étage : les dernières acquisitions du Museum of Modern Art de New York, et la collection d’anciennes photographies peintes indiennes de la Fondation Alkazi.

Si vous cherchez bien, vous y rencontrez peut-être ce petit visage fascinant de la Princesse Abida Sultan de Bhopal, immortalisée par un photographe inconnu…

IMG-20141114-06042-ALKAZI

Princesse Abida Sultan de Bhopal, platinotype et peinture à l’eau.

 

Alors, ce week-end, allez voir des images !

 

Paris Photo

Grand Palais
Avenue Winston Churchill
75008 Paris
jusqu’au 16 novembre 2014
Heures d’ouverture:
Samedi 15 : de 12h 30 à 20h 00
Dimanche 16 : de 12h 30 à 19h 00

Les commentaires sont fermés.