, écrit par dans la catégorie Blog.

 

IMG_20140706_233855

 

Hier soir, en sortant du train qui m’amenait à Arles, j’ai vu, sous un ciel zèbre d’éclairs, descendre derrière moi un voyageur chargé d’un énorme sac mais qui, bravant le mauvais temps, portait fièrement sur sa poitrine bombée un appareil photo d’une célèbre marque allemande, rutilant.
Et je me suis alors demandé, pourquoi moi je venais en Arles ?
Plus tard, alors que je regardais la nuit scintiller sur le Rhône, j’ai compris que je venais dans l’espoir d’être étonnée. De cet étonnement qui n’a rien à voir avec la soif du sensationnel, mais bien plus avec l’émotion que l’on ressent quand tombent les premiers flocons de l’hiver.
Quand j’étais petite, je dessinais constamment. Un jour, avec ce sens du définitif qu’on souvent les enfants, j’ai été me plaindre à ma mère que j’avais déjà tout dessiné. Oui, tout. Et je fais quoi maintenant ?

Elle m’a répondu :  » et une baleine, tu as déjà dessiné une baleine ?  » Prise au dépourvu, j’ai dû admettre qu’elle avait raison et je suis repartie dessiner ma baleine… et beaucoup d’autres choses.

Voilà ce que je suis venue chercher à Arles, ce que j’attends : rencontrer la baleine photographique.

Les commentaires sont fermés.